Archive mensuelles: avril 2019

Du rôle des bibliothèques scolaires dans la construction de la conscience citoyenne des jeunes

La bibliothèque scolaire, en aidant les élèves à acquérir les outils qui leur permettront d’apprendre tout au long de leur vie et à développer leur imagination, leur donne les moyens de devenir des citoyens responsables. Or au Cameroun, le pays des grands paradoxes, est l’une des nations africaines très prolifique dans la production des connaissances, mais où les bibliothèques sont aussi rares que les aztèques. Dans cet article, je fais un bref état des lieux des lieux des bibliothèques scolaires et pour la jeunesse, puis indique le lien entre bibliothèque et citoyenneté au travers de la crise « anglophone ».

Note

Comment accroitre la visibilité des éditeurs africains aux évènements littéraires internationaux sur le livre jeunesse ?

Les salons, festivals et les prix littéraires sont des instances de légitimation des auteurs. Ce sont des moments de rencontres professionnelles où se créent des contacts, où les auteurs et éditeurs camerounais pourraient gagner en visibilité. Quelle est donc la participation des auteurs et éditeurs camerounais à ces rendez-vous ?

Note

4 Contraintes entravant des expériences de lecture réussie à l’école et comment les enseignants peuvent les surmonter.

L’objectif majeur de l’école c’est de créer une dynamique de lecture sans laquelle toute autre préoccupation – autonomie, repères culturels –restera lettre morte. Le livre jeunesse a-t-il seulement droit de cité dans les programmes scolaires au Cameroun ? Quels sont les contraintes spécifiquement scolaires qui entravent la constitution de conditions nécessaires à une expérience de lecture réussie ? Comment les enseignants peuvent-ils mieux transmettre le gout de la lecture auprès des élèves ? Telles sont les problématiques que cette analyse adresse.

Note

Le role des bibliothèques jeunesse dans la prévention de la crise identitaire au Cameroun

La crise sociopolitique qui sévit depuis Octobre 2016 au Cameroun, perdure également parce qu’il existe un vide de connaissance et conscience historique sur la période des indépendances.

En effet, la majorité des camerounais d’expression française ignorent les conditions réelles ayant conduit à l’unification des deux parties du Cameroun. Cette méconnaissance du passé, inhibe donc l’action au présent, et cela menace l’avenir de la nation camerounaise. Or si les bibliothèques scolaires ou de jeunesse étaient répandues, et contenaient des ouvrages pertinents sur l’histoire nationales, elles auraient indirectement contribué à une meilleure conscience historique et une résolution plus rapide et holistique de la crise sociopolitique actuelle.

Note
Translate »