De la nécessité d’un centre national consacré à l’étude du livre jeunesse au Cameroun

De nombreux pays, conscients de l’importance et des enjeux du livre jeunesse se sont dotés d’instances pour assurer l’étude, l’analyse et une veille critique autour de ce secteur éditorial. Des centres de documentation, de recherche ou de promotion de la LEJ essaiment en Europe.

Entre autres, nous pouvons mentionner le Centre National de Littérature pour la Jeunesse-La Joie par les livres de la BnF qui mène un travail remarquable dans ce domaine. Mêmement pour le Centre de Promotion du Livre de Jeunesse (CPLJ), le Centre de Recherche et d’Information sur la Littérature de Jeunesse (CRILJ), l’Institut International Charles Perrault.

En Allemagne, nous avons la Bibliothèque internationale de Munich, le plus grand centre de documentation au monde centré sur la recherche et la documentation pour la jeunesse. Mais aussi Institut de l’Université Goethe sur la littérature jeunesse ou le Groupe de travail sur la littérature de jeunesse. En Autriche, nous avons l’Institut International pour la littérature de jeunesse et la lecture. En Belgique, l’on retrouve plutôt une Maison de la littérature de jeunesse : Le Wolf. C’est aussi le cas au Canada, au Danemark, aux Etats-Unis, en Italie, au Liban, au Maroc, au Portugal ou en Suisse.

Au niveau de la réception critique, nous avons le Réseau de chercheurs en littérature de jeunesse de l’AUF, des manifestations et expositions sur l’édition jeunesse comme la Foire du Livre de Jeunesse de Bologne, le Salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil. Dans toute l’Afrique francophone, il n’existe aucun site web spécialisé sur la documentation et l’information sur la vie du livre pour la jeunesse africain. Les rares plateformes et actions visibles en ligne sont celles de certains éditeurs notamment en Afrique du Nord et en Afrique de l’Ouest : Ruisseaux d’Afrique (Bénin)…. L’essentiel des actions de promotion du livre francophone pour la jeunesse sont centralisées sur le site institutionnel Takam Tikou du CNLJ.

Mais en Afrique francophone, comme la liste indicative de l’ISJM nous le démontre, il existe très peu de centres de documentation ou bibliothèque spécialisée sur le livre d’enfance et de jeunesse. Les cas de l’Egypte ou du Maroc susmentionnés, ne sont que des institutions à caractère privé qui ont des actions en direction de la littérature jeunesse sans que cela ne soit un axe prioritaire de leur politique.

De la nécessité d’un centre spécialisé sur la promotion et l’étude du livre jeunesse camerounais

C’est la prise de conscience de ce faible intérêt accordé à l’édition jeunesse qui nous a motivé à poursuivre une thèse sur ledit sujet. Cette dernière à déboucher sur la publication d’un ouvrage aux éditions L’Harmattan : « Introduction à la littérature jeunesse au Cameroun ». Lequel est le premier ouvrage de référence holistique pour défricher ce vaste et passionnant champ qu’est le livre pour enfants.

Cependant, il ne s’agit là que d’une goutte d’eau dans l’océan. Face à l’immensité de la tache pour une meilleure représentation et légitimation du livre jeunesse camerounais, afin d’en comprendre les particularités, il est important de mettre sur pied un centre national sur le livre jeunesse, lequel pourrait être rattaché à la Direction du livre et de la lecture du ministère de la Culture camerounais.

Ce centre sera en charge de la documentation, de l’analyse et de la critique du livre pour la jeunesse C’est un élément capital pour la familiarisation des jeunes à la lecture et une boussole (médiation) pour les parents dans le choix des livres pour leurs enfants.

Nous sommes d’accord avec Samy Tchak que « la littérature peut dynamiser tous les autres domaines de la pensée » mais le goût de la lecture et du livre doit être développé dès l’enfance. D’où la nécessité d’une bonne éducation artistique et culturelle ainsi qu’une prise de conscience et l’action des décideurs politiques pour faire évoluer la situation.

Note

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Translate »