Comment susciter la lecture pour le plaisir chez un jeune?

Une culture intellectuelle s’impose et ceci n’est possible que si la lecture est l’affaire de tous, placée au centre des préoccupations. Pour y parvenir, nous pensons que la lecture jeunesse doit être promue et apparaitre davantage comme un plaisir, un jeu, un moment de détente, un hobby plutôt qu’une contrainte. C’est un droit pour chaque enfant, un cadeau dont il doit bénéficier. Même si l’initiation à la lecture ne garantit pas toujours une passion pour celle-ci plus tard, nous pensons néanmoins, que cela en vaut la peine. Toutefois, comment susciter la lecture plaisir chez un enfant ?

Les incitateurs de la lecture plaisir chez l’enfant

Les échanges avec les acteurs du domaine nous ont permis de comprendre que la lecture doit être dans nos habitudes depuis l’enfance, il faut lire et faire lire, faire de l’enfant un lecteur autonome. Le livre offre à l’enfant un monde imaginaire proche de son environnement au travers des images. C’est une expérience ludique à la fois plaisante et riche. Chaque enfant est appelé à grandir au sein d’une famille, c’est de là que ce dernier tire, en principe, son éducation, ses valeurs, etc.

Considérer la lecture comme un hobby dépend de ce que l’on nous a inculqué à la base. La lecture présentée comme punition, comme un devoir pour réussir uniquement sur le plan scolaire à un enfant ne peut que restreindre son attachement à la lecture plaisir.

Pourtant, les parents peuvent développer avec les enfants de petites activités ludiques pour leur permettre d’entrer régulièrement en contact avec l’écriture, le livre et la lecture. Par exemple, ils peuvent faire des devinettes sur les noms des auteurs ou les personnages principaux, résumer le contenu des livres sous forme d’histoires, de contes, créer des charades, etc.

Au sein d’une grande famille, il est possible d’organiser des séances de lecture comme un concours afin de voir par exemple, le meilleur lecteur ou celui qui a le plus lu au cours d’un mois, d’un trimestre et même d’une année. L’enfant trouvera alors le plaisir à lire sans se rendre compte forcement de l’influence positive que cela a, et aura plus tard dans sa vie.

Les parents jouent un très grand rôle en ce qui concerne les habitudes de lecture de leurs enfants. Si déjà le parent, qui est la personne ressource pour amener l’enfant à s’intéresser à la lecture, ne lit pas ou n’encourage pas l’enfant à lire, même devenu vieux il sera difficile pour lui de s’y habituer.

Le parent lecteur qui forge un ou plusieurs « bébés lecteurs », participe ainsi à la construction d’une Nation par simple incitation à la lecture chez l’enfant, porteur d’avenir.

Il n’est nulle question ici que les parents forcent les enfants à lire, mais plutôt de les encourager par des livres adaptés en fonction de leur âge, en vue de stimuler l’envie d’en redemander, encore et encore.

Il n’est plus question de nos jours de restreindre le livre à une catégorie de personnes, cela est un besoin vital pour l’épanouissement de l’enfant, tout comme manger ou boire de l’eau.

Car lire est une activité aussi simple et facile comme manger et jouer, et la lecture d’ailleurs est un jeu.

C’est un jeu qui stimule l’enfant et participe à son éducation aussi bien psychologique que culturelle. De ce fait, il incombe aux parents d’offrir des livres aux enfants, de les récompenser avec des livres pour une tâche bien faite par exemple ou pour une bonne moyenne obtenue en classe. Certes les bonbons, chocolats, etc. ont leur place, mais un livre de jeunesse demeure un trésor précieux pour l’épanouissement de nos « bébés lecteurs ».

 Ainsi, dans une famille, la lecture doit faire partir des exercices familiaux comme dit plus haut. Ceci participe à une bonne évolution intellectuelle et scolaire de l’enfant. De plus, lorsque la lecture est dirigée par un adulte qui oriente, l’enfant écoute et s’imprègne des prononciations et des intonations, ce qui lui permettra d’améliorer son expression orale.

Outre, la structuration de l’écrit avec sa chronologie et l’utilisation de connecteurs logiques, la lecture amène le lecteur à organiser sa pensée et ses paroles pour, si besoin, être capable de les restituer de manière compréhensible à autrui.

Pour conclure notre réflexion, nous vous laissons avec cette pensée de Christa Japel[1] :

« Lire un livre à son enfant n’est pas une activité banale. C’est lui léguer un bagage formidable et des bénéfices importants. Plus on parle, lit, interagit avec ses enfants, plus ils entendent de mots, et de mots variés. Cela leur construit un vocabulaire riche qui favorisera plus tard l’apprentissage de la lecture »

Avez-vous déjà eu une séance de lecture avec votre enfant ? Avez-vous déjà eu un moment de complicité, à travers la lecture d’un livre, avec votre enfant ? Aviez-vous déjà pensé offrir un livre à votre enfant en guise de récompense ? Si non, essayez ! Vous ne le regretterez point.

 

___________________________________________________________________________

[1] Psychologue du développement à l’Université du Québec à Montréal. Elle œuvre à faciliter le développement du vocabulaire à l’oral chez les jeunes enfants de milieux défavorisés. Et elle fait l’éloge de la lecture. Pas seulement à ceux en âge de parler, mais plutôt dès la naissance ! D’après elle, « la littéracie est la clé du succès à l’école. Au début on apprend à lire, mais, après, on lit pour apprendre. » La chercheuse souligne aussi qu’un enfant exposé à un plus vaste vocabulaire dès sa naissance pourra plus facilement communiquer ses besoins.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *