La littérature pour enfants est LA littérature la plus importante – Dianne Johnson Feelings

Dianne Johnson est auteure de livres pour enfants et professeure de littérature jeunesse à l’Université de Caroline du Sud (États-Unis). C’est une intellectuelle qui a parcouru le monde et a écrit six livres illustrés pour enfants. Elle a édité ou coédité diverses publications, notamment :  The Best of the Brownies’ Book (une compilation de fiction, de poésie, de photographies et d’autres ouvrages tirés du magazine pour enfants des années 1920 édité par W.E.B. Dubois et Jessie Fauset) ; African American Review (un numéro spécial consacré aux auteurs et illustrateurs noirs pour enfants) et The Collected Works of Langston Hughes.  Elle participe également à la production d’un documentaire intitulé Beauté naturelle : L’histoire de la littérature afro-américaine pour la jeunesse.

Dans le cadre de la réunion régionale africaine d’IBBY, nous avons eu le plaisir d’échanger avec elle sur sa carrière, ses perspectives et ses prospectives en matière de littérature jeunesse africaine.

Muna Kalati (MK) : Comment s’est passée votre première expérience avec les livres et la lecture ? *

Dianne Johnson-Feelings (DJF) : Il y avait toujours beaucoup, beaucoup de livres dans ma maison. Ma mère était enseignante et mes deux parents étaient de grands lecteurs. Mes frères et sœurs et moi lisons beaucoup plus que nous ne regardons la télévision. J’ai commencé à me considérer comme un écrivain à l’âge de 12 ans. Mon professeur m’a donné un devoir d’écriture créative chaque semaine et j’ai commencé à écrire de la poésie en réponse à ses devoirs.

MK : Quels ont été les premiers livres pour enfants que vous avez lus ? Étaient-ils africains ? Des auteurs d’enfance dont vous vous souvenez ? Qu’est-ce que ces pratiques de lecture vous ont appris quand vous étiez enfant ? *

DJF : Je suis afro-américain, donc je lis principalement des livres américains, à l’exception du folklore et d’un livre d’histoires persanes que mes parents ont acheté quand nous vivions en Iran. Je ne me souviens d’aucun auteur en particulier. Mais j’ai eu la chance de connaître quelques personnes qui ont été des auteurs publiés. Cela m’a donné l’impression que le fait d’être auteur était une possibilité réelle.

MK : Pouvez-vous nous donner un aperçu de votre carrière ? Pourquoi vous êtes-vous intéressé au monde du livre pour enfants ? Est-ce un choix ou un coup du destin ? *

DJF : A l’université, je me suis spécialisé en anglais et en création littéraire. Mais quand j’ai fait mes études supérieures, j’ai mis de côté l’écriture créative. Au lieu de cela, j’ai commencé à faire des recherches sur l’histoire de la littérature afro-américaine pour la jeunesse. Ce fut le début de ma carrière de professeur de littérature pour enfants. J’enseigne à l’Université de Caroline du Sud depuis près de 30 ans. Je suis très fier de ma contribution à la reconstruction de l’histoire littéraire de la littérature jeunesse noire, qui remonte au moins à 1920-1921, lorsque Jessie Fauset et W.E.B. Du Bois ont publié The Brownies’ Book, un magazine pour enfants noirs. Depuis que je suis entré dans le domaine, il y a beaucoup plus de chercheurs qui consacrent leur carrière au domaine de la littérature pour enfants noirs. L’autre partie de ma carrière est « Dinah Johnson », auteur de livres pour enfants. Vous pouvez voir mes livres sur www.dinahjohnsonbooks.com

MK : Quels sont les difficultés et les obstacles que vous avez rencontrés ? L’accès aux éditeurs a-t-il été facile ? Est-il possible de ne vivre que de cette profession ?

DJF : J’ai beaucoup de chance d’occuper un poste sûr à l’université, car il m’aurait été impossible de gagner ma vie uniquement grâce à l’édition de livres savants et de livres pour enfants. J’ai également eu la chance de publier plusieurs livres dans la même maison d’édition. Cependant, comme l’industrie de l’édition a changé, il est nécessaire pour moi de travailler avec un agent littéraire afin de présenter mon travail à un plus grand nombre d’éditeurs potentiels.

MK : Comment faites-vous la promotion de vos livres ? Quelle est la réception de votre travail auprès du public ?

DJF : J’aime visiter les écoles et faire des programmes pour les enfants, les aider à développer un amour pour la littérature, écrite et parlée à haute voix. Malheureusement, tous mes livres sont maintenant épuisés et ne peuvent être achetés que sur Internet. (Je m’attends à ce qu’un de mes titres ait bientôt une nouvelle vie.) C’est un problème pour de nombreux auteurs noirs américains. Trop d’enseignants et d’éducateurs pensent à tort que les livres centrés sur une « expérience noire » ne sont destinés qu’aux lecteurs noirs. C’est scandaleux, bien sûr. La bonne littérature s’adresse à tous !

MK : Combien de livres pour enfants avez-vous publiés à ce jour ? Pourriez-vous les nommer ? Aimeriez-vous que Muna Kalati fasse une analyse de ces livres ?

DJF : Les titres de mes livres illustrés sont 1) All Around Town : The Photographs of Richard Samuel Roberts, 2) Sunday Week, 3) Hair Dance, 4) Sitting Pretty : Une célébration de poupées noires, 5) Magie noire, 6) Quinnie Blue, et 7) The Best of The Brownies’ Book. Vous pouvez les consulter sur mon site web : www.dinahjohnsonbooks.com.

MK : Quelle est votre relation avec les auteurs/illustrateurs africains de livres pour enfants ? Collaborez-vous avec un professionnel camerounais du livre pour enfants ?

DJF : En tant qu’Américain, je n’ai collaboré avec aucun professionnel camerounais. Mais j’adorerais !

DJF : Au Cameroun comme en Afrique, le secteur du livre jeunesse est mal connu du grand public et surtout des parents. Comment expliquez-vous ce phénomène ?

MK : En Afrique, la littérature enfantine se situe à la périphérie et est considérée comme un genre marginal par rapport à la littérature classique. Qu’est-ce que tu penses de ça ?

DJF : Je pense que c’est déplorable. La littérature jeunesse est, d’une certaine façon, LA littérature la plus importante. C’est l’un des endroits où les enfants peuvent se faire une idée de leur culture, de notre mode de vie et de nos croyances. La littérature jeunesse devrait être au centre plutôt que marginale !

MK : Quelle est votre vision de l’avenir de la littérature jeunesse dans votre pays ?

DJF : Dans mon pays, les États-Unis d’Amérique, des efforts sont faits pour mieux faire connaître la littérature pour enfants créée par des auteurs et illustrateurs de toutes origines ethniques, raciales, religieuses et culturelles. Ma vision, mon espoir, c’est que les gens commencent, de plus en plus, à voir que tout le monde a une histoire et que nous bénéficions tous d’entendre une variété d’histoires.

MK : Un dernier mot ?

DJF : J’apprécie beaucoup mon expérience à la conférence IBBY à Accra. J’espère que ce n’est que le début d’une longue relation avec certains des collègues africains que j’ai rencontrés et que j’admire.

Une selection de ses livres pour enfants :

 – Black Magic, illustré par R. Gregory Christie, Henry Holt Books for Young Readers, 2009.
  – African American Women Writers of Children’s and Young Adult Literature « , dans The Cambridge Companion to African American Women’s Literature, édité par Angelyn Mitchell et Danille K. Taylor, NY : Cambridge University Press, 2009.
  – Hair Dance, photographie de Kelly Johnson, Henry Holt Books for Young Readers, 2007.

Pour en savoir plus sur Dinah Johnson, rendez-vous sur http://www.Dinahjohnson.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *