En quoi les comptines africaines peuvent aider à  enrichir l’éducation des enfants ?  

La comptine est définie comme étant  « une chanson généralement rimée ou une poésie chantée destinée aux enfants. »[1]  À travers elle, les enfants ont la possibilité de  danser, de jouer,  de vivre des moments sensationnels. Il est important de savoir  qu’elle met en branle un contenu  adapté à leurs âges.    En quoi les comptines africaines peuvent aider à  enrichir l’éducation des enfants ? Quels en sont les contenus culturels  et historiques?

 La culture africaine est assez riche, elle est pourvue d’un nombre  considérable de savoirs.   Lorsqu’on parle d’éducation des tout-petits, il  semble plus efficace de trouver le  corpus qui  accroche et suscite une certaine attention. Par ailleurs, il faudrait déjà savoir que  plus ces derniers sont intéressés par le support de transmission du savoir, plus ils sont disposés à apprendre. Et à cet effet, les comptines africaines ont le mérite de captiver l’attention des enfants.

Pendant les ateliers “Vacances pour enfants” à l’AFCD (Alliance franco-Camerounaise de Dschang)[2], le constat général était qu’à chaque fois qu’on faisait jouer les vidéos des comptines dans une machine,  les enfants s’y  dirigeaient  comme des abeilles sur du miel. Par la suite, ils essayaient autant  que faire se peut  d’imiter  le contenu des vidéos qu’ils regardaient. Cet enthousiasme ne nous a pas laissé indifférent ; bien au contraire  cela a suscité en nous quelques interrogations. Et après de multiples visionnages, nous sommes arrivés à la conclusion selon laquelle il y a de la matière à exploiter.

  • Les comptines africaines permettent de découvrir des sites marquants de  l’Afrique

 Plusieurs sites ont marqué l’histoire du continent africain. Les auteurs  ont tendance à  citer ces lieux dans leurs œuvres,  pour attirer l’attention et éveiller la curiosité.   A travers elles, les enfants ont la possibilité  de mieux s’instruire.  Il est certes vrai que l’auteur ne raconte pas de fond en comble  l’histoire de ce lieu  mais il  en fait mention.  

L’enfant est interpellé vivement par  rapport à cette réalité. Il s’ensuivra un désir accru d’en savoir davantage. Par conséquent, il posera des questions à ses parents et à ses proches dans le but d’apprendre de ce lieu.  C’est visiblement ce qu’on peut retenir  dans la comptine Le Nil de Bernard Pithon[3].

 À travers celle-ci, les enfants  pourront s’informer sur  ce  long fleuve  qui a marqué l’histoire de l’Egypte et qui continue de marquer d’ailleurs.  

  • Les comptines africaines sont des supports didactiques pour les langues africaines
www.stock.adobe.com

La langue est le premier instrument culturel de socialisation des enfants. La colonisation a favorisé une plus grande implantation des langues européennes  au détriment des langues africaines. En outre, les enfants africains apprennent de moins en moins leurs langues maternelles. Déjà,  il faut reconnaitre qu’elles ne sont pas au centre des politiques éducatives nationales dans plusieurs pays africains. Nonobstant cette évidence, tout n’est peut-être pas perdu.  Il y a une possibilité de remédiation  progressive, à travers l’utilisation des comptines dans la formation des tout-petits. En effet  certaines sont chantées en lingala et en bien d’autres langues. Par ailleurs, le sous-titrage permet de prendre connaissance de l’orthographe des mots utilisés et par la même occasion de les consigner sur des formats ou papiers pour  une exploitation future.    

  • Les comptines africaines permettent de découvrir la gastronomie africaine

Dans certaines comptines, les enfants peuvent découvrir les recettes de certains mets d’Afrique. Comparativement aux tutoriels qui sont souvent exploités en ligne, dans le déroulé des comptines,  toute la procédure est décrite de telle sorte que les enfants peuvent l’appliquer à la maison. S’ils  n’arrivent pas à s’en imprégner après un premier visionnage, ils peuvent tout simplement la regarder  à nouveau avec pour objectif final de l’implémenter aisément. En outre, l’enfant pourra aussi se familiariser à des nouveaux ingrédients de cuisine. C’est l’exemple  de la comptine kamudélé, une brochette faite avec du poisson, de la tomate et du citron.

  • Les comptines  africaines  favorisent la découverte des instruments de musique africaine

L’Afrique est un continent assez riche sur le plan culturel. Dans la musique spécifiquement, les instruments sont légions. On peut citer entre autres la kora, la sanza, le mvet et bien d’autres.   Les enfants peuvent à travers les comptines  non seulement en prendre connaissance mais aussi  cette réalité peut susciter en eux des vocations artistiques.  

A ce propos, certaines [comptines] mettent en relief  l’utilisation des instruments et  surtout donnent de savourer  la musique produite par ceux-ci. Par conséquent, un enfant curieux et ouvert d’esprit voudra que son parent lui achète un balafon. On peut apercevoir cet aspect dans la comptine  Ayo Ayo  ou encore la comptine  123, touche du bois. [2]

En définitive, il ressort de cette réflexion que les comptines peuvent être exploitées comme support de transmission des connaissances historiques et culturelles aux tout-petits. Dans le contexte actuel, elles peuvent assurer une certaine continuité dans une éducation pas toujours complète. Cette dynamique nouvelle peut-être étendue dans toute l’Afrique.


[1] https://www.dictionnaire.exionnaire.com/que-signifie.php?mot=comptine

[2] https://www.munakalati.org/vacances-2020-les-enfants-apprenent-a-lire-et-a-ecrire-aux-ateliers-de-muna-kalati/

[3] https://dessinemoiunehistoire.net/category/chansons-comptines-et-posies-sur-l-afrique/

About the Author

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may also like these