Surmonter les défis de la traduction dans l’édition en langue africaine pour les enfants

Je considère la traduction comme un moyen d’augmenter la quantité de matériel de lecture pour les enfants africains.

Lorsque vous parlez à un homme dans une langue qu’il comprend, cela va dans sa tête. Lorsque vous lui parlez dans sa langue, cela va dans son cœur ».

Nelson Mandela

La traduction est un processus de récréation, de partage et de développement réciproque entre lecteurs et écrivains de langues différentes. Le fait qu’elle permette d’augmenter considérablement la production avec un minimum d’efforts est évident. Na ke monyane ? : Cependant, tous ne se sentent pas à l’aise avec l’utilisation de la traduction comme moyen d’augmenter la quantité de matériel de lecture pour les enfants africains.

Sou pequena ? Na ke monyane ? : Portugais brésilien-Sesotho [Afrique du Sud]/Sotho du Sud : Livre d’images pour enfants (édition bilingue). Vous pouvez l’acheter sur Amazon

Toutefois, l’adéquation culturelle de certains livres traduits en langues africaines suscite des inquiétudes. Les traductions ne reflètent parfois pas vraiment les aspirations et les préoccupations des groupes cibles que l’éditeur cherche à atteindre Les éditeurs préfèrent donc opter pour des textes originaux plutôt que pour des traductions.

Une autre préoccupation est que la traduction nuit au développement de la littérature originale dans les langues africaines, un point de vue implicite, par exemple, dans le the Ithuba Project [1]], qui insiste pour que les documents soient produits dans la langue maternelle.

  1. Le problème de la traduction rencontré par les éditeurs

La plupart des éditeurs africains affirment que, bien que les langues familiales les plus parlées soient des langues africaines, la demande des lecteurs pour des livres en langues africaines est faible et qu’il ne serait pas financièrement viable pour eux de publier des livres dans ces langues. Ils estiment que l’expansion sur le marché commercial des livres en langues africaines est irréaliste, pour des raisons telles que l’omniprésence de la culture orale, le manque de revenus disponibles et les faibles niveaux d’alphabétisation. Cette interprétation est toutefois trop simpliste, car les Africains lisent lorsque le contenu est abordable, accessible et intéressant.

En outre, les livres en langue africaine sont encore très souvent associés à l’enseignement scolaire. Le statut international de l’anglais et l’infériorité perçue des langues africaines accentuent ce problème. Cependant, si les éditeurs publiaient davantage de livres en langue africaine en dehors du marché scolaire, davantage de personnes liraient ces textes.

Je reconnais que les éditeurs sont des entreprises qui doivent publier là où il y a un marché pour faire des bénéfices. Les auteurs en sont également conscients et le plus souvent, même s’ils sont de langue maternelle africaine, ils préfèrent écrire en anglais, en français ou en portugais afin d’être publiés et de s’assurer un public plus large pour leur(s) livre(s).

  • Défis pour les traducteurs de livres pour enfants

Le nombre de personnes disponibles pour entreprendre la traduction de livres pour enfants est limité et les plaintes concernant la qualité de la traduction sont fréquentes. S’il est facile de trouver des traducteurs en langues locales dans d’autres pays comme la Russie, la Serbie, les pays arabes, etc., il est difficile de trouver des traducteurs experts en langues africaines. Parmi les autres difficultés rencontrées par les traducteurs, citons le haut niveau de spécialisation requis pour travailler avec la littérature pour enfants et les problèmes liés à la normalisation.

  1. Compétences spécialisées

Traduire pour les enfants est généralement considérée comme plus difficile que traduire pour les adultes, car il faut tenir compte du lecteur implicite, de l’enfant qui lit couramment ou de l’adulte qui lit à l’enfant. Les livres d’images, où le mot et l’image forment un tout indissociable, constituent de loin la catégorie la plus importante de livres pour enfants et posent des problèmes particuliers. Le texte doit « parler » ou être étroitement lié aux images de la même page et les traducteurs doivent être capables de « lire » cette relation.

En outre, l’espace disponible pour la traduction peut être problématique lorsque des langues différentes exigent des quantités de texte différentes. Les traducteurs doivent également tenir compte des différences culturelles visuelles, telles que le symbolisme des couleurs ou les différentes attitudes envers les animaux. Une autre difficulté réside dans le fait que les livres d’images sont destinés à être lus à haute voix aux enfants. Les traducteurs doivent donc tenir compte des caractéristiques qui affectent la totalité rythmique de la lecture, notamment la longueur des phrases, la ponctuation, l’ouverture et la rotation des pages.

Par ailleurs, les livres pour enfants sont plus susceptibles d’être adaptés aux besoins des publiques cibles que d’être traduits, un processus qui peut impliquer des ajouts comme des suppressions. La définition d’une « bonne » traduction d’un livre pour enfants ne fait pas l’unanimité. Certains traducteurs mettent l’accent sur la fidélité au texte ; d’autres attachent plus d’importance à la fidélité au lecteur, estimant que le changement est parfois essentiel pour que le texte traduit fonctionne pour le public cible.

Les traducteurs qui travaillent dans ce domaine doivent non seulement être des linguistes compétents, mais aussi avoir une connaissance approfondie des livres pour enfants, et il existe une grave pénurie de personnes possédant l’expérience requise. Bien entendu, cette situation n’est pas limitée aux langues africaines. Un scénario similaire a été décrit, par exemple, en relation avec les problèmes rencontrés lors de la production de traductions de livres pour enfants en langue asiatique au Royaume-Uni par Edwards et Walker en 1995.

Les traductions réussies sont souvent le résultat d’un travail d’équipe et de négociations. Grâce au travail d’équipe, les illustrateurs, les auteurs, les traducteurs, les éditeurs et les différents lecteurs se rencontrent et s’influencent mutuellement ». La professionnalisation des traducteurs, dotés des compétences spécialisées requises, est un parcours du combattant. En Afrique du Sud, il a fallu plus de huit ans à l’unité d’alphabétisation précoce du PRAESA pour former des traducteurs professionnels de livres pour enfants en xhosa. Seule une expérience approfondie de l’utilisation de livres de bonne qualité avec les enfants dans les écoles et les clubs de lecture leur permet aujourd’hui légitimement de traduire des livres en xhosa.

  • Normalisation

La traduction de la littérature africaine pour enfants est compliquée par les différents stades de standardisation des différentes langues. Deux tendances concurrentes peuvent être décelées dans la linguistique africaine : la diversification et l’homogénéisation.

On estime à la fois à plus de 2 300 le nombre de langues parlées en Afrique et à l’autre extrême, certains auteurs affirment que 75 à 80 % des Africains subsahariens parlent l’une des 12 à 16 langues racines (Prah, 2009). La situation au Cameroun, au Ghana, au Kenya, au Nigeria et au Sénégal, où de nombreuses langues sont utilisées, reflète la propension à la diversification.

L’identification d’une langue reste un exercice hautement politique et socioculturel ; après avoir fait un investissement personnel dans l’apprentissage d’une variété particulière, la plupart des gens, y compris les traducteurs, font preuve d’une grande loyauté envers cette variété. Les éditeurs sud-africains sont très conscients des tensions qui en résultent : Si nous développons du matériel en setswana, vous constaterez que les gens, disons à Kimberley ou dans des régions en dehors des Hurutsi, regardent ce matériel et disent : « Ah, ce n’est pas du vrai Setswana, ce n’est pas mon Setswana, c’est du Setswana hurutsi ». Et c’est juste pour toutes les langues nationales sud-africaines. Ainsi, le travail qui reste à faire dans le domaine de la terminologie à des implications importantes pour l’économie de la traduction. Comme l’a expliqué le directeur d’une agence : [Dans] les langues européennes, vous pouvez traduire en moyenne 2500 mots par jour. Dans les langues africaines, ce chiffre est ramené à 1100 par jour, soit moins de la moitié… s’il n’y a pas de terme, il faut le décrire. Le développement des langues demande beaucoup plus de réflexion.

Conclusion

Alors que la traduction se professionnalise de plus en plus, il est intéressant de noter que les éditeurs de livres pour enfants, en Afrique et dans le monde, confient de plus en plus de travaux à des agences. Cette approche présente l’avantage de garantir la contribution de trois sources : le traducteur, l’éditeur et le correcteur d’épreuves. Comme la plupart d’entre eux travaillent virtuellement et anonymement sur le même projet, ils sont en mesure de contourner les problèmes de statut. Dans l’ensemble, le développement de la littérature pour enfants dans les langues africaines est un travail en cours et nous ne devrions pas sous-estimer les progrès qui ont déjà été réalisés.

Cet article a été partiellement inspiré par Edwards, V., Ngwaru, J. M. (2011). L’édition en langue africaine pour les enfants en Afrique du Sud : défis pour les traducteurs. Journal international de l’éducation bilingue et du bilinguisme, 14 (5), 589-602. Disponible sur : http://ecommons.aku.edu/eastafrica_ied/15


[1] Le travail du projet d’écriture Ithuba visait à développer des histoires pour chacune des classes intermédiaires (4-6) dans chacun des trois genres cibles (santé, culture scientifique et calcul). Ceci a donné lieu à un nombre ciblé de 280 titres, parmi lesquels les partenaires de ce projet ont sélectionné les titres l Parmi ces titres, 140 sont écrits dans les neuf langues officielles et indigènes d’Afrique du Sud et 140 sont des versions anglaises traduites.

About the Author

Christian Elongue

Christian Elongué est l'auteur de la référence critique "Introduction à la littérature jeunesse au Cameroun", aux Editions l'Harmattan. Il a collaboré pour la promotion de l’édition jeunesse africaine avec la revue Takam Tikou du Centre National de littérature pour la jeunesse de la Bibliothèque Nationale de France. Passionné par le livre et la lecture depuis l’enfance, il est convaincu de l’enjeu critique du livre pour enfants dans l’avènement d’une poétique de la relation et dans la construction d’une mentalité de « vainqueur » auprès des jeunes africains. Il est attentif depuis 6 ans à l’évolution des échanges entre les pays du sud et les pays du nord dans le domaine de l’édition.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may also like these