Afropolitan Comics, Muna Kalati, South Africa

Afropolitancomics.com, une expo virtuelle pour découvrir la richesse de la BD africaine

Actualités Muna Kalati

“Afropolitan Comics” est une expérience culturelle virtuelle et panafricaine. L’exposition met en parallèle des œuvres d’artistes sud-africains et africains. « Afropolitan Comics » permet aux utilisateurs de naviguer entre les œuvres, les analyses des commissaires de l’exposition et des entretiens exclusifs avec les auteurs de la bande dessinée exposée.

afropolitan comics muna kalati
Mogorosi Motshumi_ The Initiation_South Africa

Afropolitan Comics est le résultat d’un partenariat entre l’Institut français d’Afrique du Sud et la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image d’Angoulême (CIBDI). Cette exposition virtuelle est un dialogue entre la bande dessinée (BD) sud-africaine et les BD des autres pays du continent africain, à travers les œuvres de 16 artistes notamment:

  1. Annick Kamgang (Cameroun et RDC)
  2. Bill Masuku (Zimbabwe)
  3. Daniel Clarke (Afrique du Sud)
  4. Daniël Hugo (Afrique du Sud)
  5. Gaspard Njock (Cameroun)
  6. Juni Ba (Sénégal)
  7. Koffi Roger N’Guessan (Côte d’Ivoire)
  8. Lesego Dithlake (Afrique du Sud)
  9. Loyiso Mkize (Afrique du Sud)
  10. Luke Molver (Afrique du Sud)
  11. Mogorosi Motshumi (Afrique du Sud)
  12. Ray Whitcher (Afrique du Sud)
  13. Reine Dibussi (Cameroun)
  14. Tayo Fatunla (Nigeria)
  15. Togui (Algérie)
  16. Willem Samuels (Afrique du Sud)

Certains de ces bédéistes (Reine Dibussi ou encore Samir Toudji) seront présent à la Cité de la BD d’Angoulême en janvier 2021 pour une exposition physique.

afropolitan comics muna kalati

Les BD surAfropolitan Comics sont regroupées sous trois grands thèmes : “Autobiographie”, “Héros et histoire” et “Folklore et avenir”. Car : « Malgré les héritages culturels et des histoires différentes qu’on a vécu à l’échelle de nos pays, avec la bande dessinée, nous nous retrouvons, nous nous regroupons, et nous voyons que nous avons pas mal de points en commun pour traiter des histoires qu’on a vécues», déclare à ce propos  Joëlle Epée, commissaire de l’exposition.

Il est porté par les commissaires Tara Weber (conservatrice de la Johannesburg Art Gallery) et Raymond Whitcher (auteur de bande dessinée et chercheur), ainsi que Jean-Philippe Martin (conseiller scientifique de la Cité internationale de la bande dessinée et de l’image d’Angoulême (CIBDI) et Joëlle Epée Mandengue (auteure de BD et directrice du Bilili BD Festival au Congo-Brazzaville). Cette dernière déclare à ce propos : « Afropolitan Comics permet à tous les visiteurs d’avoir un aperçu de ce que c’est la bande dessinée sur le continent. De ce qu’elle a de moderne, de dynamique, d’attractive. C’est un équilibre parfait entre la nostalgie et le regard porté vers le futur. »  

afropolitan comics muna kalati

L’intérêt est aussi de découvrir l’afropolitanisme, un sentiment d’exaltation que l’on retrouve partout sur le continent. C’est pourquoi cela a été baptisé Afropolitan Comics. « On voulait donner une dimension de modernité, une dimension cosmopolite qui annonce déjà la diversité du trait et du contenu, montrer un peu comment l’Afrique s’inscrit dans le monde contemporain. »  

 

Dans toute l’Afrique, la bande dessinée a encore du chemin à faire pour être prise au sérieux par les éditeurs, mais  des progrès sont observables.

Play Video

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *