Actualités

La littérature pour enfants est LA littérature la plus importante – Dianne Johnson Feelings

Dianne Johnson est auteure de livres pour enfants et professeure de littérature jeunesse à l’Université de Caroline du Sud (États-Unis). C’est une intellectuelle qui a parcouru le monde et a écrit six livres illustrés pour enfants. Elle a édité ou…
Savoir plus

Kouam Tawa: déjà 20 années de création littéraire

Kouam Tawa a obtenu le premier prix de l’Agence de Coopération Culturelle et Technique (ACCT) en littérature africaine pour la jeunesse ; depuis, il a été plusieurs fois Boursier de plusieurs organisations internationales et a plusieurs fois participé à des résidences de création littéraire. Au Cameroun, Kouam Tawa est Secrétaire de la Fondation Genoo, institution à but non lucratif qui organise le Prix de la jeune plume camerounaise.

Qu’est ce qu’un écrivain pour la jeunesse ?

Kidi-Bebey_écrivaine-pour-la-jeunesse, muna kalati

Pour que le métier d’écrivain jeunesse acquiert une légitimité culturelle, il faut que la critique les étudie, que l’université les consacre, que des chercheurs les analysent. Contrairement à d’autres minorités qui se définissent par la langue, le genre, la religion, le handicap, (etc.), les enfants, minorité transitoire, ne se constituent pas en lobby, mais dépendent entièrement de leurs porte-parole adultes. Surgit donc la question attendue : qu’est-ce qui pousse à écrire pour les enfants, dans ce « territoire littéraire à faible valorisation institutionnelle et à forte surveillance idéologique » ?

La faiblesse des réseaux de distribution et de diffusion de l’édition jeunesse en Afrique francophone

réseaux distribution livre jeunesse

Dans cette analyse, je présente brièvement trois initiatives contemporaines de diffusion-distribution de l’édition jeunesse africaine (camerounaise) sur les marchés occidentaux : celle d’Afrilivres, de l’Oiseau Indigo et de l’Alliance Internationale des Editeurs Indépendants. Pour faciliter une meilleure circulation des livres africains, nous proposons la création d’une centrale en Afrique qui soit un point de convergence des ouvrages des éditeurs africains et une structure de distribution au Nord, qui soit un espace de vente et une vitrine des littératures africaines. Cette structure devrait être soutenue au départ par les pouvoirs publics.