Programmes

Réflexions sur l’absence de structure spécialisée sur la littérature jeunesse en Afrique francophone

C’est après le travail d’édition que commence la véritable vie du livre, notamment sa diffusion et sa réception auprès du lecteur. Au Cameroun, quel est l’accompagnement mis en place pour que la littérature d’enfance et de jeunesse (LEJ) trouve au…
Savoir plus

SEED, promouvoir le développement durable au travers du livre et de la lecture.

L’association Solidarité pour l’Environnement et le Développement Durable, créée en 2007, a pour mission de renforcer les capacités des populations à trouver des solutions pragmatiques aux défis de l’environnement et du développement les plus pressants. Pour cela, SEDD s’est fixé comme objectifs de promouvoir l’économie verte, le développement durable, la préservation de l’environnement et l’écotourisme. Elle a en même temps comme buts de promouvoir le livre et la lecture, et partant la création de bibliothèques scolaires et publiques, et d’initier les jeunes TIC.

De la nécessité d’un centre national consacré à l’étude du livre jeunesse au Cameroun

Il est important de mettre sur pied un centre national sur le livre jeunesse, lequel pourrait être rattaché à la Direction du livre et de la lecture du ministère de la Culture camerounais.

Ce centre sera en charge de la documentation, de l’analyse et de la critique du livre pour la jeunesse C’est un élément capital pour la familiarisation des jeunes à la lecture et une boussole (médiation) pour les parents dans le choix des livres pour leurs enfants.

Nous sommes d’accord avec Samy Tchak que « la littérature peut dynamiser tous les autres domaines de la pensée » mais le goût de la lecture et du livre doit être développé dès l’enfance. D’où la nécessité d’une bonne éducation artistique et culturelle ainsi qu’une prise de conscience et l’action des décideurs politiques pour faire évoluer la situation.

4 Contraintes entravant des expériences de lecture réussie à l’école et comment les enseignants peuvent les surmonter.

L’objectif majeur de l’école c’est de créer une dynamique de lecture sans laquelle toute autre préoccupation – autonomie, repères culturels –restera lettre morte. Le livre jeunesse a-t-il seulement droit de cité dans les programmes scolaires au Cameroun ? Quels sont les contraintes spécifiquement scolaires qui entravent la constitution de conditions nécessaires à une expérience de lecture réussie ? Comment les enseignants peuvent-ils mieux transmettre le gout de la lecture auprès des élèves ? Telles sont les problématiques que cette analyse adresse.

Le role des bibliothèques jeunesse dans la prévention de la crise identitaire au Cameroun

La crise sociopolitique qui sévit depuis Octobre 2016 au Cameroun, perdure également parce qu’il existe un vide de connaissance et conscience historique sur la période des indépendances.

En effet, la majorité des camerounais d’expression française ignorent les conditions réelles ayant conduit à l’unification des deux parties du Cameroun. Cette méconnaissance du passé, inhibe donc l’action au présent, et cela menace l’avenir de la nation camerounaise. Or si les bibliothèques scolaires ou de jeunesse étaient répandues, et contenaient des ouvrages pertinents sur l’histoire nationales, elles auraient indirectement contribué à une meilleure conscience historique et une résolution plus rapide et holistique de la crise sociopolitique actuelle.

Quel est le rapport des jeunes camerounais au livre et la lecture ?

Muna Kalati

Qui est lecteur et qui ne l’est pas au Cameroun ? Quels sont les habitudes littéraires des jeunes camerounais ? Qu’aiment -ils lire ? Comment lisent-ils ? Pourquoi lisent-ils ? Où ? Avec qui ? Sur quoi ? Voilà autant de questions que l’on se pose en rapport avec le rapport des jeunes au livre et à la lecture au Cameroun. Mais il est surprenant de constater qu’il n’existe aucune étude nationale officielle apportant des réponses à ces questions, pourtant basiques pour l’élaboration de politiques publiques du livre efficaces. Dans cette analyse, nous explorons brièvement ces questions et déplorons le manque de réelle volonté politique des gouvernants dans la promotion du livre et de la lecture.

Voici des raisons clés pour lesquelles certains jeunes africains lisent peu

raisons pour lesquelles les jeunes ne lisent plus en Afrique_Muna Kalati

Les facteurs ou raisons, pour lesquelles l’intérêt pour la lecture est faible ou inexistant chez certains jeunes africains ou camerounais, varient. Ces facteurs peuvent être économiques, biologiques, politiques ou sociaux mais nous n’évoquerons que les grandes lignes transversales.

Comment inciter les enfants à prendre naturellement goût à la lecture sans les forcer ?

Un enfant entrain de réfléchir_Muna Kalati

L’une des principales motivations à la lecture chez les enfants jeunes, est de voir leur entourage lire et en tirer manifestement plaisir. La famille a donc un rôle exemplaire à jouer, bien avant que l’Ecole ne prenne le relais. Or au Cameroun, le grand défi des parents, des enseignants et autres médiateurs de lecture, est de parvenir à inciter sans contraindre. Cet article vous présente quelques astuces pour y parvenir.

Quand les auteurs les plus prolixes de la littérature jeunesse camerounaise résident en France…

auteur cameroun littérature jeunesse_munakalati

Le but de cette analyse est de présenter les dynamiques de prédation à l’œuvre au sein du champ littéraire de jeunesse au Cameroun et les modes de résistance des acteurs locaux.

Translate »