Lire pour guérir : l’association Muna Kalati donne le sourire aux enfants du centre MAEPE à Bafoussam

Muna Kalati

Le Lundi  20 décembre 2021 restera à jamais gravé dans la mémoire des enfants de la MAEPE (Maison d’Accueil, d’Education et de Protection des Enfants), sis au quartier KOUOGOUO à Bafoussam.  C’est un centre  encadré par une équipe de bénévoles qui accueille des enfants défavorisés  dans des secteurs délicats suivants : éducation, nutrition,  santé etc. Dans le cadre de la troisième phase du projet  Lire pour Guérir, les membres et bénévoles de l’association Muna Kalati s’y sont rendus   dans l’optique  d’apporter un peu  joie et de divertissement instructif aux tout-petits. Pour meubler cette journée,  il y a eu des activités de lecture, de poésie de conte et d’animation ludique et ce  dans une ambiance très conviviale. Avant l’entrée en  matière, la vice-présidente de l’association, Guinaelle KENGNE KENGNE  a pris la parole question de présenter l’association et préparer psychologiquement  les enfants sur le moment inoubliable que ces derniers allaient vivre.      

L’activité de lecture

Dans le but de garantir une meilleure gestion de l’activité et une efficacité certaine,   une division par tranche d’âge a été faite au préalable. Ainsi, les enfants de 5 à 8 ans ont été mis dans un groupe pour la lecture du livre Pourquoi la panthère a les taches d’Ulrich Talla Wamba, conduite par la comédienne et décoratrice Ange CHOUMELE. De l’autre côté, ceux de  9 à 13 ans ont formé un second groupe pour la lecture du livre Le serpent magique  d’Olivier TIMMA conduit par l’écrivain  Nkingne  Nathanael plus connu sous le pseudonyme de Nathan le King.   Ce dernier  faisait face pour la première fois à un public jeune, du moins en ce qui concerne la littérature de jeunesse. Ce coup d’essai a été un coup de maitre puisqu’il a brillamment réussi à  susciter une certaine interaction, qui permettait aux enfants de répondre aux questions posées et surtout d’acquérir de nouveaux savoirs contenus dans ledit livre, notamment sur la tribu béti et le fleuve  Sanaga dans le Centre. 

Plus tard dans la journée, les enfants ont eu le privilège de découvrir l’une des productions de l’auteur, La petite Léa. A travers cette autre séance, ils ont acquis des leçons de vie telles que l’humilité, le respect et la gentillesse.  L’activité de lecture avec le premier  groupe était tout aussi instructive.  Bien que  plus jeunes,  ils étaient ouverts d’esprit,  bilingues pour certains, et très réceptifs. Ils  ont aussi appris de nouveaux mots  tels que la cicatrice, la tache. Après cette activité de lecture, c’était le moment de jouer avec les vers.

L’activité de poésie

Cette autre articulation était sous la houlette de Suzie Momo, poétesse et slameuse, plus connue artistiquement sous le nom de La parolière aux rythmes du cœur. Avant d’offrir sa prestation, elle a d’abord invité les enfants sur la scène.  En effet, habitués aux activités culturelles, certains étaient déjà dotés de compétences artistiques. A titre d’illustration,  le petit Christian a déclamé un poème  personnel et intéressant en langue anglaise.  Une  autre, Emmanuella a fait pareil sur un poème intitulé : ma mère, ce qui a suscité des émotions fortes et de vives réactions. Par la suite,  la slameuse  Suzie MOMO  a déclamé un texte récemment écrit sur la littérature de jeunesse dont le titre est :    hommage au texte « et ce qui devait arriver arriva » de joel Eboueme.    À travers cette plume,   elle  a insisté sur les leçons de vie mises en branle par l’auteur : L’amitié véritable,  la loyauté et autres.  Les enfants étaient conquis et  l’ont été encore plus lorsqu’on est passé à la prochaine activité.  

Le conte et l’animation ludique  

Dans une ambiance assez spéciale et interactive, les enfants ont vibré au rythme d’un conte sur les animaux de la forêt. A ce niveau, ils étaient très joyeux et curieux.   L’interaction était aussi au rendez-vous à chaque fois que l’animateur leur donnait l’occasion de s’exprimer  et de chanter en chœur les chansons utilisées dans la narration.

 Pour garantir un climat d’ambiance, l’animatrice de jeunesse Guinaelle KENGNE KENGNE a dans un premier temps crée des transitions ludiques entre les différentes activités. De plus, elle a bien fait d’improviser une chanson  sur le nom d’un personnage  en rapport  avec le rôle  joué dans l’œuvre.   A ce titre,  à travers le personnage Kolo Kunu ,  du livre le serpent magique,   les enfants ont eu droit à une chanson assez rythmée dont un extrait apparait ci-dessous :

 « Qui m’a trahi Kolo kunuaaaa Kolo kunu, qui est le traitre Kolo Kunuaaaaa, Kolo kunu. Qui m’a piqué kolo kunuaaa, kolo kunu. » Elle a été  très bien accueillie par les enfants. Leur joie a atteint le paroxysme  lorsqu’on a annoncé la phase des cadeaux.  

Remise des cadeaux  

Les enfants ont reçu des livres tout droits sortis de la maison d’édition Akoma Mba, partenaire de l’activité. Il faudrait peut-être le rappeler, l’objectif principal était de semer en eux la graine de la lecture à travers le livre de jeunesse. Au regard de leur situation défavorable, ils ont bénéficié des vêtements des petits jouets et un petit soutien financier.  En ce qui concerne spécifiquement les livres de jeunesse, ils ont promis aux membres de l’association Muna Kalati présents sur le terrain, qu’ils devaient se donner à la lecture. En dernier ressort, une prière de clôture, dite par un enfant a permis de mettre fin à cette journée riche en enseignements et en émotions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.