Dernières publications

A la découverte d’Akoma Mba, première maison d’édition jeunesse au Cameroun.

akoma_maison edition jeunesse_munakalati

Nous vous proposons de remonter dans le temps pour aller à la découverte de la maison d’édition Akoma Mba, la première maison d’édition pour la jeunesse au Cameroun, créee en 1994 et existant encore aujourd’hui, contre vents et marrées.

Ibrahim Njoya, premier auteur de BD en Afrique et au Cameroun.

1-Ibrahim Njoya_Muna Kalati, auteur bande dessinée camerounaise

Johanes Yerima était l’un des artistes les plus importants du royaume Bamun, autant sous le règne du Sultan Njoya (1892-1933) que de celui de son fils Seydou (1933-1992). La toute première « BD » africaine date de 1932, réalisée par Yohanes Yerima, qu’un critique considère comme le « véritable premier auteur de BD camerounais et africain de l’histoire » . Pour mieux saisir son apport, nous vous situons dans le contexte historique dans lequel il a évolué.

Peut-on vraiment écrire sans lire ?

Schoolboy Writing in Notebook_MunaKalati

Les textes que les gouvernements introduisent dans les systèmes éducatifs des pays, d’une manière ou d’une autre préparent les apprenants qui deviendront des écrivains, à s’orienter vers un style spécifique. Il est donc important pour les pays africains qui sont en quette d’identité culturelle de mettre au programme des textes qui mettent en exergue les expressions artistiques africaines. Un enfant ne peut avoir l’envie de composer une épopée Mvet que s’il a eu à lire des livres surle Mvet.

Note de lecture: Le serpent magique de Olivier Timma

Le lecteur, le jeune lecteur, au sortir de cette lecture, est éduqué sur les attitudes d’un citoyen modèle et sur les conséquences de la trahison et de la course effrénée et individualiste vers le pouvoir. Chacun devra respecter et tenir à ses promesses de groupe, afin d’éviter le châtimentde la nature.

Coup de coeur: Le Bon, la bourse et le Corrompu

Tout cas de corruption quel que soit la personne, sera désormais puni dans ce pays (p.50).
C’est par cette sentence que les illustrateurs togolais Assem Koffivi et Alawoe Fabrice achèvent cette BD avec de belles illustrations riches en couleur, accompagné d’un scénario qui dresse l’image d’une société africaine où la corruption demeure une gangrène à l’économie.
Le livre a été édité par AGO Média, une équipe de jeunes écrivains et illustrateurs oeuvrant à la production et la diffusion des bandes dessinées et des films d’animation.

Le livre d’image développe rapidement l’imaginaire et l’identité de l’enfant

Vues: 598 La lecture de jeunesse qui, au premier regard nous laisse voir déjà une délimitation quant à la cible, est en effet recommandée à toute personne n’ayant pas encore atteint l’âge adulte ; (si l’on veut s’en tenir à…
Savoir plus

Comment les fables africaines permettent de réinventer le monde?

fables africaines_MunaKalati.org

Vues: 253 La crise multiforme que traverse l’humanité de la civilisation postmoderne ne manque pas d’appauvrir le potentiel imaginatif de la jeunesse. Et pourtant, ce ne sont pas des modèles qui manquent pour assurer un changement de paradigmes. La littérature…
Savoir plus

Pourquoi faut-il créer davantage de superhéros africains pour les enfants ?

Vues: 225 Pourquoi faut-il créer davantage de superhéros africains pour les enfants ?   Dans le cadre de la préparation de la fête nationale du Ghana (6 mars) et de la journée internationale des droits des femmes, une école privée…
Savoir plus

Translate »